Le simulateur face à l’expert

Résumé : Depuis l’apparition de l’article 64 du Code pénal, le manque de discernement lié à une maladie mentale est devenu une source d’immunité pénale. Les personnes atteintes d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli leur discernement n’ont pas a` re´pondre de leur acte devant la loi. Cette immunité pénale a cependant eu un effet pernicieux, puisque certains prévenus simulent la maladie mentale pour se prémunir des peines qu’ils encourent. La simulation fait partie du paysage juridique. Pour distinguer les vrais malades des simulateurs, la justice fait appel au suppose´ savoir des experts. Afin de fonder sa sentence, le magistrat requiert de ces derniers des informations médicales et psychologiques visant a` ve´ rifier la re´ alite´ de « l’alte´ ration du discernement » de la personne poursuivie. Or, cette collaboration entre les praticiens de la justice et de la santé mentale n’échappe pas à des problèmes techniques et éthiques. Le clinicien intervenant en tant qu’expert court autant le risque d’une instrumentalisation par la justice que celui d’une manipulation par le sujet simulateur. Cette attitude consistant à tirer profit d’un trouble présumé fournit l’occasion de questionner le fonctionnement du cadre de l’expertise médico-légale. En se jouant de ce cadre, à dessein, les sujets mettent indirectement en lumière certaines de ses failles, autrement imperceptibles. Cet article met ainsi en lumière la complexité des enjeux éthiques et techniques liés à la question de la simulation. Les auteurs rappellent notamment les réflexions émises par Freud lorsqu’il fut mandaté en tant qu’expert pour se pencher sur ce thème. Ensuite, ils s’intéressent aux difficultés que le mensonge sur l’état mental du prévenu pose au niveau juridique. Après quoi, une discussion s’ouvre quant à la possibilité que la simulation puisse révéler l’existence d’un trouble chez les sujets concernés. L’intention qui préside à ce comportement peut suggérer qu’il est le fruit d’une conduite totalement raisonnée. Or, ici, des exemples remettent en question cette conception. En effet, bien que le sujet ait conscience de tromper ses interlocuteurs, il peut néanmoins chercher inconsciemment à masquer un trouble dont il ignore lui-même l’existence.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-guyane.fr/hal-01962069
Contributeur : Marie Latour <>
Soumis le : jeudi 20 décembre 2018 - 13:12:46
Dernière modification le : vendredi 10 mai 2019 - 09:54:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01962069, version 1

Collections

Citation

Sébastien Chapellon, Frédéric Bondil. Le simulateur face à l’expert. Annales Médico-Psychologiques, Revue Psychiatrique, Elsevier Masson, 2018, 176 (1), pp.55-62. ⟨hal-01962069⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

45