Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

À qui la faute ?

Résumé : Freud a montré qu’une culpabilité inconsciente pouvait préexister à certains actes criminels. Selon lui, le sujet matérialise ainsi une culpabilité diffuse et très intense en la fixant sur un fait réel propre à lui valoir une punition. Toutefois, l’origine de certains crimes doit être située en-deçà de cette question de la culpabilité. À l’instar du cas présenté dans cet article, les sujets utilisent l’acte pour répéter les exactions dont ils ont eux-mêmes été victimes par le passé. Inconsciemment, ils essaient de faire sanctionner après-coup le préjudice qu’ils ont auparavant subi passivement et qu’ils ont incorporé à leur insu. En commettant leur délit, ils mettent sans le savoir en scène une position de victime qui n’a pas été reconnue en tant que telle. Seule la maîtrise active par l’acte semble permettre à ces sujets de renouer avec l’expérience insupportable de leur passivité de jadis. Ils défléchissent ainsi vers le dehors un noyau traumatique dont l’existence leur demeure inconnue. La procédure judiciaire joue en conséquence un rôle clef en permettant à ces sujets de se réapproprier les éléments traumatiques de leur histoire.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.univ-guyane.fr/hal-02518821
Contributor : Mirlène Matillon <>
Submitted on : Wednesday, March 25, 2020 - 3:09:37 PM
Last modification on : Tuesday, June 2, 2020 - 12:15:01 PM

Identifiers

Citation

Sébastien Chapellon, Élisabeth Gontier. À qui la faute ?. Topique - Revue freudienne, L’Esprit du temps, 2017, 138 (1), pp.35-52. ⟨10.3917/top.138.0035⟩. ⟨hal-02518821⟩

Share

Metrics

Record views

214